Numéro 16, octobre 2023

Créativité et innovation avec le numérique

Automne 2023 - Couverture pleine page

DOI: https://doi.org/10.52358/mm.vi16

Publiée: 2023-10-31

Normand Roy, Bruno Poellhuber

Chaque année, les Nations Unies soulignent la créativité et l’innovation par une Journée mondiale le 21 avril, et ce, dans toutes les sphères de la vie. En éducation, cela prend une place toute particulière, alors qu’elles peuvent s’exprimer autant pour l’apprentissage que pour l’enseignement. Ce numéro propose d’examiner comment la créativité et l’innovation s’actualisent en présence du numérique. Les implications sont multiples, puisque l’on peut autant réfléchir aux enjeux en termes d’objets, d’espaces, de pratiques enseignantes, de moyens d’apprentissage, etc. La mise en place de processus ou d’activités mobilisant la créativité et l’innovation sont des vecteurs de changement en éducation. Les huit articles présentés dans ce numéro mettent en exergue l’hétérogénéité des possibilités lorsqu’il vient le temps d’examiner les apports de la créativité et l’innovation en éducation.

Alexandre Lepage, Normand Roy

Cet article présente une recension des écrits sur la façon dont les rôles de l’enseignant et de l’intelligence artificielle (IA) sont abordés dans le domaine de l’intelligence artificielle en éducation (IAED) depuis 1970. Quarante-sept documents, théoriques pour la plupart, ont été analysés à partir des passages relatifs aux tâches confiées à une IA en lien avec les apprenants, les enseignants, les savoirs ou la classe (p. ex. le soutien à la motivation ou la rétroaction personnalisée). Les passages qui discutent du rôle de l’enseignant en lien avec ces différentes composantes ont aussi été analysés (p. ex. le pilotage des interactions en classe ou l’évaluation des apprenants). Les principaux résultats montrent que les développements dans le domaine de l’IAED couvrent un large spectre des attributions de l’enseignant et que, même si inatteignable sur un horizon prévisible, l’ambition scientifique du domaine semble être d’automatiser de plus en plus de tâches de l’enseignant. Il en ressort que le rôle de l’enseignant est très peu discuté dans le domaine, et encore moins les interactions attendues entre enseignants et IA. La discussion propose de réemployer le tétraèdre des TIC en éducation de Faerber (2003), lui-même appuyé sur le triangle didactique de Houssaye (1988), pour conceptualiser le rôle de l’IA en éducation en interaction avec ceux de l’enseignant et de l’apprenant.

Olivier Perlot

En 2019, Bernard et Fluckiger titrent en introduction : « Innovation technologique, innovation pédagogique : une relation riche et contrastée ». Ils mettent en exergue les discours injonctifs des pouvoirs publics. Pourtant, selon Cros (1997), l’innovation est « le poumon de l’école ». Dans ce contexte contrasté, nous proposons une approche systémique. D’abord, nous quantifions trois communications institutionnelles, révélateurs des objectifs de l’exosystème. Dans cet environnement prescriptif pouvant conduire au rejet, nous présentons ensuite un microsystème de formation destiné à des sujets : des étudiants-professeurs. Nous évaluons alors les productions des étudiants-professeurs à l’aide de critères observant l’innovation technopédagogique. Enfin, nous tentons de déterminer des contraintes et des leviers en formation autorisant l’innovation technopédagogique.

Myriam Bérubé, Aurélie Tondoux, Céline Chatigny, Marie Laberge

Dans un contexte de transition numérique et de pénurie de main-d’œuvre en éducation, le personnel enseignant est demandeur d’outils innovants pour réaliser son travail et optimiser ses actions. C’est ce contexte qui a lancé un projet de codéveloppement d’outils numériques qui vise la prévention de l’incapacité de travail d’élèves en adaptation scolaire réalisant des stages en entreprise. La recherche-action porte une volonté d’innovation, soutenue d’une part par un processus de codéveloppement avec le personnel scolaire et, d’autre part, par la mobilisation d’une approche sensible au genre. L’article fait état du processus de codéveloppement, de l’innovation développée, de même que des obstacles qui sont apparus pendant le projet. Ces derniers se rapportent principalement à trois catégories : les compétences numériques du personnel enseignant et des élèves, la charge de travail et le soutien organisationnel influençant l’innovation numérique. Ces contraintes freinent la volonté d’innovation présente chez toutes les personnes participantes qui reconnaissent l’avantage des nouveaux outils et leur impact positif sur le travail. Les obstacles et dispositions seront présentés en perspective des facteurs systémiques qui les amplifient afin de réfléchir aux conditions nécessaires à l’innovation numérique en éducation.

Rachid El Ganbour, Samira Elouelji, Morad El Ganbour, Kawtar Tahmoun

La question de l’innovation en éducation est une question assez ancienne dont la teneur a trouvé une actualité nouvelle avec l’usage accentué du numérique. Dans ce cadre, la présente étude tente de dresser un portrait, pas nécessairement complet, des pratiques pédagogiques innovantes chez les enseignants marocains pour ensuite s’atteler à celles qui concernent les manifestations de l’innovation frugale. En s’appuyant sur un cas d’étude qui concerne 139 enseignants, dont la majorité est située au primaire et au collège, l’étude cherche à mettre en perspective le rôle que pourra jouer l’université pour accompagner ces enseignants à « faire plus avec moins » et de manière responsable et inclusive en vue de diffuser les innovations et de répondre, selon les dispositions locales et avec moins de ressources, aux problèmes contextuels qui peuvent entraver la mise en place des changements souhaités.

Séverine Parent

Afin de former les personnes futures membres du personnel enseignant, un cours universitaire a été élaboré permettant à des étudiantes d’aborder des dimensions de la compétence numérique jusqu’alors absentes de leur formation. Le cours s’intéresse à la place et aux possibilités des laboratoires créatifs dans un contexte scolaire. Par son aspect réflexif et pratique, le cours aborde l’innovation pédagogique et la créativité. L’article relate les initiatives pour placer les laboratoires créatifs, leurs outils ou leurs façons de faire, au cœur de l’activité du cours. L’un des enjeux rapidement révélé par l’initiative a été l’arrimage d’un espace créatif et des apprentissages informels au contexte formel d’un programme universitaire.

Natalie Sarrasin, Monica Zumstein, Antoine Widmer

Cet article décrit le dispositif d’un cours de marketing de premier cycle universitaire dont l’objectif est de travailler l’innovation et le développement de produit ou de service par un concours international qui récompense les productions les plus prometteuses. Chaque année les sujets changent et, pour cette édition, les travaux doivent porter sur le métavers, la réalité virtuelle, la réalité augmentée, l’intelligence artificielle, le gaming ou les NFT (jeton non fongible). Afin de s’assurer que les étudiants aient les connaissances et la compréhension nécessaires de ces thématiques pour effectuer leur travail de création, un dispositif de formation complet en quatre temps répartis sur une quinzaine de périodes de cours a été créé, basé sur un design pédagogique en trois parties : étudiant, contexte et employabilité. L’objectif est de s’assurer que les étudiants comprennent les notions avant de les utiliser pour le développement de produit. Cet article démontre les apprentissages effectifs réalisés et l’importance de confronter les étudiants aux technologies numériques émergentes.

Normand Roy, Bruno Poellhuber, Marie-Claude Larouche

Les technologies immersives sont de plus en plus présentes dans le contexte éducatif. Même si certaines méta-analyses ont montré un résultat positif de certaines technologies immersives TI (Chen et al., 2020; Coban et al. 2022), nous devons encore explorer ses applications pratiques dans les classes. Les avantages pédagogiques ont été mentionnés à plusieurs reprises (Freina et Ott, 2015, Di Natale et al., 2020), mais ils peuvent être modérés par de nombreux défis dans la salle de classe. Dans cet article, nous avons proposé de faire la lumière sur deux études de cas d’exploitation pédagogique de la technologie immersive à l’aide de casques au niveau secondaire en univers social. Les expériences ont été documentées par des groupes de discussion avec les élèves et des entretiens individuels avec les enseignants. Le premier cas proposait d'explorer le conflit en Syrie sous différents angles, avec l'aide de vidéos à 360° et d’une application de visualisation de lieux dans le monde. Le second cas visait à amener les élèves à comparer la réalité passée et présente dans le contexte de Pékin, à partir de vidéos à 360° en réalité virtuelle. Les résultats ont montré que les TI ont un certain potentiel, mais que de nombreuses conditions doivent être mises en place pour en arriver à un usage pédagogique efficace.

Laurent Heiser, Didier Mouren

Viser le passage à l’échelle de l’éducation critique au numérique est une difficulté majeure pour la formation des enseignants. Nous envisageons cette piste, « l’éducation à, par et pour la prudence numérique », en montrant que cette dernière pourrait être mise en œuvre dès la formation des entrants dans le métier.