Classe inversée : quels obstacles en formation des enseignants dans le contexte français ?

Contenu principal de l'article

Carole Calistri Virginie Lapique

Résumé

En ce début de XXIe siècle, l’enseignement supérieur doit relever de nombreux défis et permettre la réussite des étudiants, et ces défis se posent avec une acuité particulière dans le domaine de la formation des enseignants français, puisque ces derniers se voient confier la responsabilité d’une classe pour leur année de stage. Le cheminement de deuxième année de Master en vigueur dans notre université octroie trente heures de formation à la didactique du français. Dans ce contexte, nous avons fait l’hypothèse que la classe inversée offre une perspective intéressante en permettant de « repousser » les limites de l’espace-temps de la formation en présentiel. Plus précisément, notre problématique vise à se demander dans quelle mesure la classe inversée est adaptée au contexte spécifique de la formation des enseignants français, et pourrait favoriser en particulier leur développement professionnel. Des éléments de réponse sont fournis par l’analyse d’entretiens semi-directifs menés avec des étudiants stagiaires, qui permettent d’identifier et de sérier un certain nombre d’obstacles et de freins.

Détails de l'article

Comment citer
CALISTRI, Carole; LAPIQUE, Virginie. Classe inversée : quels obstacles en formation des enseignants dans le contexte français ?. Médiations et médiatisations, [S.l.], v. 1, n. 1, p. 6, oct. 2018. ISSN 2562-0630. Disponible à l'adresse : >https://revue-mediations.teluq.ca/index.php/Distances/article/view/53>. Date de consultation : 26 juin 2019
Rubrique
Article de recherche