Du risque de multiplier les perspectives lors de la conception d’une application numérique pour la classe : le cas du CNEC

Contenu principal de l'article

Matthieu Cisel

Résumé

Afin de favoriser le développement d’environnements numériques d’apprentissage utilisables en classe, fondés sur la recherche et répondant aux besoins des utilisateurs, l’État français a financé via les projets eFRAN des consortiums hétéroclites rassemblant industriels, acteurs du système éducatif et laboratoires. Si en premier abord, la composition des consortiums laisse penser que sont réunies toutes les compétences nécessaires à l’atteinte des objectifs affichés, les divergences entre acteurs ont pu nuire au processus de conception, comme nous le suggérons sur la base d’un cas d’étude : les Savanturiers du Numérique. Les différences de perspectives et d’intérêts, ainsi que les impensés dans les modalités de collaboration au sein du consortium, ont conduit à rechercher des consensus qui se sont fait, selon nous, au détriment de l’utilité et de l’utilisabilité de l’application numérique développée, le CNEC. Sur la base d’un suivi longitudinal de l’ensemble du processus de conception, nous livrons dans cette contribution, sous la forme d’un retour d’expérience, une analyse des difficultés du processus de conception associées à la multiplicité des points de vue qui se sont exprimés.

Détails de l'article

Comment citer
Cisel, M. (2022). Du risque de multiplier les perspectives lors de la conception d’une application numérique pour la classe : le cas du CNEC. Médiations Et médiatisations, (10). https://doi.org/10.52358/mm.vi10.224
Rubrique
Articles de praticiens