Retourner aux informations sur l'article Fragments historiques d’une université à distance canadienne francophone : l’Université TÉLUQ - Entretien avec Michel Umbriaco