Revue internationale sur le numérique en éducation et communication
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
Impactsdunumériquesur
latransformationdel'enseignement
etdel'apprentissage
Patrick Plante, Université TÉLUQ,
patrick.plante@teluq.ca
Il y a maintenant plus de cinquante ans, Marshall McLuhan (1968) déclarait que nous façonnons des outils qui,
à leur tour, nous façonnent. Dans le contexte éducatif, il existe aujourd’hui une multitude d’outils technologiques
qui ont des impacts certains. La vitesse et la richesse des technologies émergentes rendent bien compte de la
créativité déployée afin de contribuer à l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage. Ces dernières
années, l’offre technologique s’est largement diversifiée avec notamment les MOOC, la robotique et la
programmation, les jeux sérieux, les données massives, l’intelligence artificielle et l’Internet des objets.
Quelles implications et quelles préoccupations la variété des outils techniques engendre-t-elle sur les plans
pédagogique, éthique, technologique, psychologique, légal, esthétique, économique ou politique? Dans quelle
mesure de nouvelles perspectives sont-elles ainsi offertes aux institutions éducatives, aux enseignants, aux
élèves?
Ces questions ont été l’objet de plus de 70 présentations lors du Colloque annuel CIRTA 2018 (Plante &
Stockless, 2019). Suivant l’expérience de l’édition 2017 du Colloque (Stockless, 2018), nous avons lancé un
numéro spécial de la revue médiations et médiatisations afin de permettre d’approfondir les réflexions dans des
articles. Un numéro de 15 articles vous est donc proposé. À l’image du Colloque qui est destinée aux chercheurs,
mais aussi aux praticiens et aux professionnels, ce numéro contient des articles aux formats variés. Tout d’abord,
dans la rubrique Articles de recherche, P. Plante, G. A. Angulo Mendoza et P. Archambault présentent l’analyse
et le développement d’une formation destinée au milieu médical. G. Gilson propose un texte sur la littératie
vidéoludique en contexte scolaire. A. Khelfi, S. Zarrouk-Ben Abid et L. Kadi-Ksouri présentent une approche de
formation hybride dans le contexte de l’apprentissage d’une langue. S. Parent, dans le cadre de la rubrique
Synthèses de travaux universitaires présente un portrait de la résolution collaborative de problèmes. Dans la
rubrique Articles de praticiens, C. Laduron et I. Sacré présentent l’environnement personnel d'apprentissage
BEE. C. Seguin et M.Courcelles présentent les conclusions d’une formation à distance sur la communication
scientifique par affiche. A. Beggar propose des pistes pour la réussite d’un cours en ligne. L.Chartofylaka, A.
Stockless, M. Fraser, V. Psyché et T. Forissier présentent les perspectives d'un projet de recherche contextuelle
sur le partage d’informations en contexte asynchrone. H. Ben Rebah et R. Ben Slama discutent de l’efficacité
des jeux sérieux. P. Etcheverry, C. Marquesuzaà, P. Lopistéguy, P. Dagorret, T. Nodenot et M. Toribio Fontenla
présentent une plateforme ainsi que des modèles pour la scénarisation coopérative, et L. Sauvé, G. Pellerin,
V.Tanguay et G. Desjardins présentent la plateforme SAMI-PRO destinée aux élèves du secondaire. Enfin, dans
la rubrique Discussion et Débats, M.Demory et S.Girel discutent de la démocratisation limitée des technologies
numériques. P. J. Y. Gagnon relate des disparités dans la formation en ligne destinée aux juristes canadiens.
B. Stassin propose un état des lieux du cyberharcèlement à l’école, et F. Henri demande de quelle manière
l’ingénierie pédagogique devrait répondre aux changements induits par le numérique.
Liste de références
McLuhan, M. (1968). Pour comprendre les media : Les prolongements technologiques de l’homme. Montréal : Hurtubise
HMH.
Plante, P., & Stockless, A. (Éds). (2019). Actes du Colloque CIRTA 2018 : Présent et futur de l’enseignement et de
l’apprentissage numérique. Québec, (Québec) : CIRTA, Université TÉLUQ. Repéré à https://r-libre.teluq.ca/1720/
Stockless, A. (Éd.). (2018). Le numérique en éducation : Apprendre en ouvrant les murs de la classe (Médiations et
médiatisations : Revue internationale sur le numérique en éducation et communication, Vol. 1). Québec,
(Québec) : Université TÉLUQ. Repéré à https://revue-
mediations.teluq.ca/index.php/Distances/issue/view/7/Vol%201%2C%20No%201
107
Quelquesfacteursàprendreen
considérationpourréussirsoncours
enligne
Somefactorstotakeintoconsiderationtosuccessanononline
course
Algunosfactoresaconsiderarpararealizarconéxitouncurso
enlínea
Awatif Beggar, Directrice-adjointe
ENS-Meknès, Université Moulay Ismaïl, Maroc
awatifbeggar@gmail.com
RÉSUMÉ
Les innovations numériques sont de plus en plus nombreuses dans le domaine de
l’enseignement. Ces nouvelles pratiques nécessitent la prise en considération de certains
paramètres pour un meilleur apprentissage. En effet, l’effet de la fascination technologique ou
"la pseudo-autonomie" des apprenants peuvent inhiber l’apprentissage et constituer des
points de blocage dans le processus de l’enseignement en ligne. Quant à la littératie
numérique, la scénarisation des contenus, la proposition d’activités et de projets pour motiver
les étudiants, ils peuvent fonder une nouvelle relation au savoir à l’ère du numérique. La
pédagogie en présentiel diffère de celle qu’il faut adopter en ligne. Passer de l’espace métrique
à l’espace virtuel impose des changements d’ordre pédagogique à ne pas négliger pour
réussir un cours en ligne.
Mots-clés :
enseignement numérique, fascination technologique, autonomie, scénarisation,
pédagogie en ligne
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
Impactsdunumériquesur
latransformationdel'enseignement
etdel'apprentissage
Patrick Plante, Université TÉLUQ,
patrick.plante@teluq.ca
Il y a maintenant plus de cinquante ans, Marshall McLuhan (1968) déclarait que nous façonnons des outils qui,
à leur tour, nous façonnent. Dans le contexte éducatif, il existe aujourd’hui une multitude d’outils technologiques
qui ont des impacts certains. La vitesse et la richesse des technologies émergentes rendent bien compte de la
créativité déployée afin de contribuer à l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage. Ces dernières
années, l’offre technologique s’est largement diversifiée avec notamment les MOOC, la robotique et la
programmation, les jeux sérieux, les données massives, l’intelligence artificielle et l’Internet des objets.
Quelles implications et quelles préoccupations la variété des outils techniques engendre-t-elle sur les plans
pédagogique, éthique, technologique, psychologique, légal, esthétique, économique ou politique? Dans quelle
mesure de nouvelles perspectives sont-elles ainsi offertes aux institutions éducatives, aux enseignants, aux
élèves?
Ces questions ont été l’objet de plus de 70 présentations lors du Colloque annuel CIRTA 2018 (Plante &
Stockless, 2019). Suivant l’expérience de l’édition 2017 du Colloque (Stockless, 2018), nous avons lancé un
numéro spécial de la revue médiations et médiatisations afin de permettre d’approfondir les réflexions dans des
articles. Un numéro de 15 articles vous est donc proposé. À l’image du Colloque qui est destinée aux chercheurs,
mais aussi aux praticiens et aux professionnels, ce numéro contient des articles aux formats variés. Tout d’abord,
dans la rubrique Articles de recherche, P. Plante, G. A. Angulo Mendoza et P. Archambault présentent l’analyse
et le développement d’une formation destinée au milieu médical. G. Gilson propose un texte sur la littératie
vidéoludique en contexte scolaire. A. Khelfi, S. Zarrouk-Ben Abid et L. Kadi-Ksouri présentent une approche de
formation hybride dans le contexte de l’apprentissage d’une langue. S. Parent, dans le cadre de la rubrique
Synthèses de travaux universitaires présente un portrait de la résolution collaborative de problèmes. Dans la
rubrique Articles de praticiens, C. Laduron et I. Sacré présentent l’environnement personnel d'apprentissage
BEE. C. Seguin et M.Courcelles présentent les conclusions d’une formation à distance sur la communication
scientifique par affiche. A. Beggar propose des pistes pour la réussite d’un cours en ligne. L.Chartofylaka, A.
Stockless, M. Fraser, V. Psyché et T. Forissier présentent les perspectives d'un projet de recherche contextuelle
sur le partage d’informations en contexte asynchrone. H. Ben Rebah et R. Ben Slama discutent de l’efficacité
des jeux sérieux. P. Etcheverry, C. Marquesuzaà, P. Lopistéguy, P. Dagorret, T. Nodenot et M. Toribio Fontenla
présentent une plateforme ainsi que des modèles pour la scénarisation coopérative, et L. Sauvé, G. Pellerin,
V.Tanguay et G. Desjardins présentent la plateforme SAMI-PRO destinée aux élèves du secondaire. Enfin, dans
la rubrique Discussion et Débats, M.Demory et S.Girel discutent de la démocratisation limitée des technologies
numériques. P. J. Y. Gagnon relate des disparités dans la formation en ligne destinée aux juristes canadiens.
B. Stassin propose un état des lieux du cyberharcèlement à l’école, et F. Henri demande de quelle manière
l’ingénierie pédagogique devrait répondre aux changements induits par le numérique.
Liste de références
McLuhan, M. (1968). Pour comprendre les media : Les prolongements technologiques de l’homme. Montréal : Hurtubise
HMH.
Plante, P., & Stockless, A. (Éds). (2019). Actes du Colloque CIRTA 2018 : Présent et futur de l’enseignement et de
l’apprentissage numérique. Québec, (Québec) : CIRTA, Université TÉLUQ. Repéré à https://r-libre.teluq.ca/1720/
Stockless, A. (Éd.). (2018). Le numérique en éducation : Apprendre en ouvrant les murs de la classe (Médiations et
médiatisations : Revue internationale sur le numérique en éducation et communication, Vol. 1). Québec,
(Québec) : Université TÉLUQ. Repéré à https://revue-
mediations.teluq.ca/index.php/Distances/issue/view/7/Vol%201%2C%20No%201
108
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
2
ABSTRACT
Digital innovations are increasing in the field of education. These new practices require the
consideration of certain parameters for a better learning. Indeed the effect of technological
fascination or "pseudo-autonomy" of learners can inhibit learning and constitute blocking
points in the process of online education. As for digital literacy, scripting content, the proposal
of activities and projects to motivate students, they can found a new relationship to knowledge
in the digital age. Face-to-face pedagogy differs from that to be adopted online. Moving from
the metric space to the virtual space imposes pedagogical changes that should not be
neglected in order to pass an online course.
Keywords:
digital education, technological fascination, autonomy, scriptwriting, online
pedagogy
RESUMEN
Las innovaciones digitales están aumentando en el campo de la educación. Estas nuevas
prácticas requieren la consideración de ciertos parámetros para un mejor aprendizaje. De
hecho, el efecto de la "fascinación" o la "pseudo-autonomía" de los estudiantes puede inhibir
el aprendizaje y constituir puntos de bloqueo en el proceso de educación en línea. En cuanto
a la alfabetización digital, el contenido de scripts, la propuesta de actividades y proyectos para
motivar a los estudiantes, pueden encontrar una nueva relación en la era digital. La pedagogía
cara a cara difiere de la adoptada en línea. Pasar del espacio métrico al espacio virtual impone
cambios pedagógicos que no deben descuidarse para pasar una carrera en línea.
Palabras clave:
educación digital, fascinación tecnológica, autonomía, escritura de guiones,
pedagogía en línea
Introduction
Le numérique a envahi notre vie quotidienne, notre milieu socio-professionnel, notre façon de nous
informer, de vivre ou de nous distraire; il a même changé les relations humaines : de nos jours chacun
d’entre nous est capable de créer une communauté ou d’en suivre une, de connaître instantanément le
lieu où se trouve un ami, s’il est en ligne, le parcours de son voyage, ce qu’il visite, ce qu’il aime ou ce qu’il
n’aime pas… En effet, la vraie nouveauté avec le numérique c’est d’avoir accéléré l’accès universel aux
personnes et à l’information à travers les réseaux sociaux, les GPS et les moteurs de recherche. Sur la
sphère de la googlisation et de l’ubérisation, la planète, l’humanité, le savoir sont à portée de main.
Actuellement, nous avons le monde sur nos Smartphones !
C’est ainsi que le numérique a changé notre relation au savoir. Si le monde de la connaissance a connu
deux grandes révolutions principales, celle du passage de l’oral à l’écrit et celle du passage de l’écrit à
l’imprimé, le numérique est considéré comme la troisième révolution, caractérisée par un immense
basculement comparable à celui de la fin de l’Empire romain ou de la renaissance. Nous assistons à la
naissance d’une nouvelle culture participative où la création et le partage de contenus en ligne tendent à
devenir une norme; une chose est sûre dans ce magma de l’information : notre rapport à la connaissance
s’est complètement métamorphosé et il ne serait plus question de retour en arrière. Montaigne parlait déjà,
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
Impactsdunumériquesur
latransformationdel'enseignement
etdel'apprentissage
Patrick Plante, Université TÉLUQ,
patrick.plante@teluq.ca
Il y a maintenant plus de cinquante ans, Marshall McLuhan (1968) déclarait que nous façonnons des outils qui,
à leur tour, nous façonnent. Dans le contexte éducatif, il existe aujourd’hui une multitude d’outils technologiques
qui ont des impacts certains. La vitesse et la richesse des technologies émergentes rendent bien compte de la
créativité déployée afin de contribuer à l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage. Ces dernières
années, l’offre technologique s’est largement diversifiée avec notamment les MOOC, la robotique et la
programmation, les jeux sérieux, les données massives, l’intelligence artificielle et l’Internet des objets.
Quelles implications et quelles préoccupations la variété des outils techniques engendre-t-elle sur les plans
pédagogique, éthique, technologique, psychologique, légal, esthétique, économique ou politique? Dans quelle
mesure de nouvelles perspectives sont-elles ainsi offertes aux institutions éducatives, aux enseignants, aux
élèves?
Ces questions ont été l’objet de plus de 70 présentations lors du Colloque annuel CIRTA 2018 (Plante &
Stockless, 2019). Suivant l’expérience de l’édition 2017 du Colloque (Stockless, 2018), nous avons lancé un
numéro spécial de la revue médiations et médiatisations afin de permettre d’approfondir les réflexions dans des
articles. Un numéro de 15 articles vous est donc proposé. À l’image du Colloque qui est destinée aux chercheurs,
mais aussi aux praticiens et aux professionnels, ce numéro contient des articles aux formats variés. Tout d’abord,
dans la rubrique Articles de recherche, P. Plante, G. A. Angulo Mendoza et P. Archambault présentent l’analyse
et le développement d’une formation destinée au milieu médical. G. Gilson propose un texte sur la littératie
vidéoludique en contexte scolaire. A. Khelfi, S. Zarrouk-Ben Abid et L. Kadi-Ksouri présentent une approche de
formation hybride dans le contexte de l’apprentissage d’une langue. S. Parent, dans le cadre de la rubrique
Synthèses de travaux universitaires présente un portrait de la résolution collaborative de problèmes. Dans la
rubrique Articles de praticiens, C. Laduron et I. Sacré présentent l’environnement personnel d'apprentissage
BEE. C. Seguin et M.Courcelles présentent les conclusions d’une formation à distance sur la communication
scientifique par affiche. A. Beggar propose des pistes pour la réussite d’un cours en ligne. L.Chartofylaka, A.
Stockless, M. Fraser, V. Psyché et T. Forissier présentent les perspectives d'un projet de recherche contextuelle
sur le partage d’informations en contexte asynchrone. H. Ben Rebah et R. Ben Slama discutent de l’efficacité
des jeux sérieux. P. Etcheverry, C. Marquesuzaà, P. Lopistéguy, P. Dagorret, T. Nodenot et M. Toribio Fontenla
présentent une plateforme ainsi que des modèles pour la scénarisation coopérative, et L. Sauvé, G. Pellerin,
V.Tanguay et G. Desjardins présentent la plateforme SAMI-PRO destinée aux élèves du secondaire. Enfin, dans
la rubrique Discussion et Débats, M.Demory et S.Girel discutent de la démocratisation limitée des technologies
numériques. P. J. Y. Gagnon relate des disparités dans la formation en ligne destinée aux juristes canadiens.
B. Stassin propose un état des lieux du cyberharcèlement à l’école, et F. Henri demande de quelle manière
l’ingénierie pédagogique devrait répondre aux changements induits par le numérique.
Liste de références
McLuhan, M. (1968). Pour comprendre les media : Les prolongements technologiques de l’homme. Montréal : Hurtubise
HMH.
Plante, P., & Stockless, A. (Éds). (2019). Actes du Colloque CIRTA 2018 : Présent et futur de l’enseignement et de
l’apprentissage numérique. Québec, (Québec) : CIRTA, Université TÉLUQ. Repéré à https://r-libre.teluq.ca/1720/
Stockless, A. (Éd.). (2018). Le numérique en éducation : Apprendre en ouvrant les murs de la classe (Médiations et
médiatisations : Revue internationale sur le numérique en éducation et communication, Vol. 1). Québec,
(Québec) : Université TÉLUQ. Repéré à https://revue-
mediations.teluq.ca/index.php/Distances/issue/view/7/Vol%201%2C%20No%201
109
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
3
suite à l’invention de l’imprimerie, d’une « tête bien faite plutôt que d’une tête bien pleine », ca s’il était
auparavant impératif de connaître par cœur l’intégralité du savoir, il suffisait, avec la propagation du livre,
de savoir trouver l’information. Actuellement, nous n’avons même pas besoin de savoir chercher
l’information puisqu’il suffit de saisir un mot sur un moteur de recherche pour trouver tout ce dont nous
avons besoin. C’est ainsi que par exemple les dictionnaires en format papier sont de moins en moins
consultés car il est plus pratique de chercher sur son téléphone la définition d’un mot, sa prononciation
voire son emploi ou sa traduction.
Ce grand essor qu’ont connu les technologies de l’information touche essentiellement les jeunes
générations : nos apprenants sont qualifiés de ‘natifs numériques’, de ‘génération y’, ‘génération digitale,
etc. Michel Serres (2002) appelle cette génération « petite poucette » car elle utilise fréquemment ses
pouces pour clavarder et envoyer des SMS. L’utilisation intensive des mobiles et de l’internet dépasse
chez ces jeunes un simple effet de mode ou de confort; le lien qu’ils ont développé avec les médias sociaux
traduit une nouvelle façon d’être et de communiquer. Prensky (2001) va même jusqu’à opposer ‘natifs
numériques’ aux ‘migrants numériques’; selon lui, les premiers ont grandi dans un environnement
technologique, ils sont imprégnés par les nouvelles technologies et leur culture est rele au web, à
internet, aux ordinateurs et aux jeux vidéo; quant aux seconds ils sont habitués au format papier et doivent
se familiariser au numérique, notamment en utilisant les nouvelles technologies.
Pour Michel Serres, les anciennes générations vivaient dans un espace métrique qualifié par les distances
et les concentrations des personnes, elles étudiaient au sein d’un collectif : ‘l’école’, ‘l’amphithéâtre’, la
bibliothèque’… Les jeunes habitent aujourd’hui un espace virtuel, éclaté, « ils hantent un espace
topologique de voisinages » (2002, p. 20), un étudiant peut suivre un cours en ligne à n’importe quel
moment chez lui ou ailleurs, il peut le comparer à un autre, sélectionner ce dont il a besoin, établir des
comparaisons et en faire ressortir les points forts ou les points faibles ! Mais face à ces grandes mutations,
qu’en est-il du savoir-faire et du savoir-apprendre? Certes le savoir est là, partout, disponible, distribué sur
la toile mais est-ce suffisant pour apprendre? Apprentissage en ligne et apprentissage en présentiel, est-il
question seulement d’un changement de support et de cadre d’apprentissage ou faut-il prendre d’autres
facteurs en considération pour suivre ces mutations technologiques? Comment la présence peut-elle
rencontrer la distance et la redéfinir?
Dans cet article, nous souhaitons questionner cette effervescence dans son rapport à l’apprentissage. La
génération ‘petite poucette’ apprend-elle plus rapidement en ligne? Quels cours à distance pour cette
nouvelle génération? L’enseignant a-t-il la même présence dans un espace réel d’apprentissage que dans
un espace virtuel ou est-il question d’adopter une nouvelle pédagogie d’apprentissage?
Nous nous sommes interrogées sur cette relation en partant d’une expérience d’enseignement hybride de
la langue française que nous avons menée avec des étudiants en sciences, une expérience qui nous a
permis de nous interroger sur notre posture d’enseignante. Le lecteur l’aura compris, répondre à ces
questions revient à partager un ensemble de réflexions émanant principalement d’un changement qui va
de la présence vers la distance. Nous présenterons, dans un premier temps, le contexte global dans lequel
a été programmé cet enseignement hybride, ensuite nous exposerons les facteurs qu’on devrait prendre
en considération dans son projet d’enseignement en ligne.
Retour sur expérience
La faculté des sciences-Meknès de l’université Moulay Ismaïl est un établissement à accès ouvert. Les
effectifs des étudiants qui rejoignent les bancs des amphithéâtres sont de plus en plus pléthoriques. Pour
l’année universitaire 2016-2017, la FSM a compté à peu près 3000 étudiants inscrits en 1
ère
année. Le
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
Impactsdunumériquesur
latransformationdel'enseignement
etdel'apprentissage
Patrick Plante, Université TÉLUQ,
patrick.plante@teluq.ca
Il y a maintenant plus de cinquante ans, Marshall McLuhan (1968) déclarait que nous façonnons des outils qui,
à leur tour, nous façonnent. Dans le contexte éducatif, il existe aujourd’hui une multitude d’outils technologiques
qui ont des impacts certains. La vitesse et la richesse des technologies émergentes rendent bien compte de la
créativité déployée afin de contribuer à l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage. Ces dernières
années, l’offre technologique s’est largement diversifiée avec notamment les MOOC, la robotique et la
programmation, les jeux sérieux, les données massives, l’intelligence artificielle et l’Internet des objets.
Quelles implications et quelles préoccupations la variété des outils techniques engendre-t-elle sur les plans
pédagogique, éthique, technologique, psychologique, légal, esthétique, économique ou politique? Dans quelle
mesure de nouvelles perspectives sont-elles ainsi offertes aux institutions éducatives, aux enseignants, aux
élèves?
Ces questions ont été l’objet de plus de 70 présentations lors du Colloque annuel CIRTA 2018 (Plante &
Stockless, 2019). Suivant l’expérience de l’édition 2017 du Colloque (Stockless, 2018), nous avons lancé un
numéro spécial de la revue médiations et médiatisations afin de permettre d’approfondir les réflexions dans des
articles. Un numéro de 15 articles vous est donc proposé. À l’image du Colloque qui est destinée aux chercheurs,
mais aussi aux praticiens et aux professionnels, ce numéro contient des articles aux formats variés. Tout d’abord,
dans la rubrique Articles de recherche, P. Plante, G. A. Angulo Mendoza et P. Archambault présentent l’analyse
et le développement d’une formation destinée au milieu médical. G. Gilson propose un texte sur la littératie
vidéoludique en contexte scolaire. A. Khelfi, S. Zarrouk-Ben Abid et L. Kadi-Ksouri présentent une approche de
formation hybride dans le contexte de l’apprentissage d’une langue. S. Parent, dans le cadre de la rubrique
Synthèses de travaux universitaires présente un portrait de la résolution collaborative de problèmes. Dans la
rubrique Articles de praticiens, C. Laduron et I. Sacré présentent l’environnement personnel d'apprentissage
BEE. C. Seguin et M.Courcelles présentent les conclusions d’une formation à distance sur la communication
scientifique par affiche. A. Beggar propose des pistes pour la réussite d’un cours en ligne. L.Chartofylaka, A.
Stockless, M. Fraser, V. Psyché et T. Forissier présentent les perspectives d'un projet de recherche contextuelle
sur le partage d’informations en contexte asynchrone. H. Ben Rebah et R. Ben Slama discutent de l’efficacité
des jeux sérieux. P. Etcheverry, C. Marquesuzaà, P. Lopistéguy, P. Dagorret, T. Nodenot et M. Toribio Fontenla
présentent une plateforme ainsi que des modèles pour la scénarisation coopérative, et L. Sauvé, G. Pellerin,
V.Tanguay et G. Desjardins présentent la plateforme SAMI-PRO destinée aux élèves du secondaire. Enfin, dans
la rubrique Discussion et Débats, M.Demory et S.Girel discutent de la démocratisation limitée des technologies
numériques. P. J. Y. Gagnon relate des disparités dans la formation en ligne destinée aux juristes canadiens.
B. Stassin propose un état des lieux du cyberharcèlement à l’école, et F. Henri demande de quelle manière
l’ingénierie pédagogique devrait répondre aux changements induits par le numérique.
Liste de références
McLuhan, M. (1968). Pour comprendre les media : Les prolongements technologiques de l’homme. Montréal : Hurtubise
HMH.
Plante, P., & Stockless, A. (Éds). (2019). Actes du Colloque CIRTA 2018 : Présent et futur de l’enseignement et de
l’apprentissage numérique. Québec, (Québec) : CIRTA, Université TÉLUQ. Repéré à https://r-libre.teluq.ca/1720/
Stockless, A. (Éd.). (2018). Le numérique en éducation : Apprendre en ouvrant les murs de la classe (Médiations et
médiatisations : Revue internationale sur le numérique en éducation et communication, Vol. 1). Québec,
(Québec) : Université TÉLUQ. Repéré à https://revue-
mediations.teluq.ca/index.php/Distances/issue/view/7/Vol%201%2C%20No%201
110
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
4
problème majeur que rencontrent actuellement les jeunes étudiants au Maroc est celui de la langue
d’enseignement adoptée dans le cycle supérieur : étant donné qu’ils ont poursuivi leurs études des
matières scientifiques, au secondaire, en langue arabe, arrivés à l’université ils ne sont pas en mesure de
saisir les contenus des disciplines véhiculées en langue française. Cette transition linguistique constitue
un handicap dont les conséquences affectent les profils et l’avenir des étudiants. Pour remédier à ce
problème majeur, le Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation
des cadres a introduit l’enseignement du Français dans les universités depuis 2003. L’enseignement de
la langue française fait donc partie de l’architecture des filières; nous dispensons ainsi des cours de
Français sur objectif spécifique et sur objectif universitaire pour répondre aux besoins des étudiants par
rapport aux exigences académiques des disciplines enseignées. Néanmoins, il faudrait signaler que pour
des raisons logistiques, l’administration ne peut effectuer des tests de positionnement et par conséquent
ne peut établir une répartition des groupes-classes en fonction des niveaux des étudiants. Ainsi le principal
problème auquel est confronté le professeur de langue est l’hétérogénéité et la disparité des niveaux au
sein du même groupe.
Dans ce contexte et devant ces contraintes, l’introduction de la formation en ligne présente plusieurs
avantages. Elle permet de passer d’un cadre fermé d’apprentissage où le nombre des étudiants ne cesse
de croître vers un cadre ouvert tout un chacun peut travailler en autonomie selon son rythme et en
fonction de ses possibilités. En outre, grâce à cet enseignement nous pouvons :
proposer différents parcours pédagogiques contextualisés en migrant vers des dispositifs plus riches :
la plateforme permet d’offrir des ressources et des activités adaptées aux publics issus de filières
diverses;
donner un accès privilégié à la formation des étudiants, surtout ceux qui sont en grande difficulté, en
leur proposant des parcours individualisés;
enrichir le volume de temps alloué à la matière;
exploiter les potentiels des techniques numériques pour enrichir la formation : utilisation du multimédia,
connexion avec d’autres plateformes, etc.
Néanmoins, il faut souligner qu’au sein de l’établissement, ce qui est mis à la disposition des professeurs,
c’est la plateforme Moodle, mais sans aucun engagement pour y inscrire les étudiants. La surpopulation
s’avère un obstacle majeur pour l’institution qui a opté pour un enseignement en amphithéâtre des
matières transversales tels le Français et la communication. Assister les professeurs dans un
enseignement à distance ne relève donc pas des priorités de l’établissement.
S’engager dans une aventure d’enseignement en ligne dans de telles conditions peut sembler une
gageure : nombre d’étudiants, absence d’inscription sur la plateforme, absence de tuteurs, impossibilité
d’effectuer une évaluation au cours de la formation, absentéisme, etc. Néanmoins, notre objectif était de
ne pas céder au désespoir et d’aider dans la mesure du possible des étudiants qui négocient leur avenir
au prix de l’apprentissage d’une langue étrangère. En 2016, nous avons scénarisé un dispositif hybride
qui prévoyait des activités en présentiel et d’autres à distance tout en veillant à maintenir une cohésion en
terme d’articulation entre les deux espaces pédagogiques. Nous avons effectué cette expérience avec
300 étudiants de la filière science de la vie, de la terre et de l’univers (SVTU). Ainsi, les thématiques étaient
reliées aux disciplines des spécialités enseignées : écologie et environnement, énergies renouvelables et
nanotechnologies. Les activités ciblaient essentiellement la compréhension et la production écrite et orale.
L’objectif était de comprendre et d’analyser un document scientifique et de prendre des notes à partir d’un
cours des dites disciplines. En parallèle, l’étudiant était amené à réfléchir de manière inductive sur les
structures de la langue à travers des exercices interactifs. Le distanciel a permis à l’étudiant de préparer
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
Impactsdunumériquesur
latransformationdel'enseignement
etdel'apprentissage
Patrick Plante, Université TÉLUQ,
patrick.plante@teluq.ca
Il y a maintenant plus de cinquante ans, Marshall McLuhan (1968) déclarait que nous façonnons des outils qui,
à leur tour, nous façonnent. Dans le contexte éducatif, il existe aujourd’hui une multitude d’outils technologiques
qui ont des impacts certains. La vitesse et la richesse des technologies émergentes rendent bien compte de la
créativité déployée afin de contribuer à l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage. Ces dernières
années, l’offre technologique s’est largement diversifiée avec notamment les MOOC, la robotique et la
programmation, les jeux sérieux, les données massives, l’intelligence artificielle et l’Internet des objets.
Quelles implications et quelles préoccupations la variété des outils techniques engendre-t-elle sur les plans
pédagogique, éthique, technologique, psychologique, légal, esthétique, économique ou politique? Dans quelle
mesure de nouvelles perspectives sont-elles ainsi offertes aux institutions éducatives, aux enseignants, aux
élèves?
Ces questions ont été l’objet de plus de 70 présentations lors du Colloque annuel CIRTA 2018 (Plante &
Stockless, 2019). Suivant l’expérience de l’édition 2017 du Colloque (Stockless, 2018), nous avons lancé un
numéro spécial de la revue médiations et médiatisations afin de permettre d’approfondir les réflexions dans des
articles. Un numéro de 15 articles vous est donc proposé. À l’image du Colloque qui est destinée aux chercheurs,
mais aussi aux praticiens et aux professionnels, ce numéro contient des articles aux formats variés. Tout d’abord,
dans la rubrique Articles de recherche, P. Plante, G. A. Angulo Mendoza et P. Archambault présentent l’analyse
et le développement d’une formation destinée au milieu médical. G. Gilson propose un texte sur la littératie
vidéoludique en contexte scolaire. A. Khelfi, S. Zarrouk-Ben Abid et L. Kadi-Ksouri présentent une approche de
formation hybride dans le contexte de l’apprentissage d’une langue. S. Parent, dans le cadre de la rubrique
Synthèses de travaux universitaires présente un portrait de la résolution collaborative de problèmes. Dans la
rubrique Articles de praticiens, C. Laduron et I. Sacré présentent l’environnement personnel d'apprentissage
BEE. C. Seguin et M.Courcelles présentent les conclusions d’une formation à distance sur la communication
scientifique par affiche. A. Beggar propose des pistes pour la réussite d’un cours en ligne. L.Chartofylaka, A.
Stockless, M. Fraser, V. Psyché et T. Forissier présentent les perspectives d'un projet de recherche contextuelle
sur le partage d’informations en contexte asynchrone. H. Ben Rebah et R. Ben Slama discutent de l’efficacité
des jeux sérieux. P. Etcheverry, C. Marquesuzaà, P. Lopistéguy, P. Dagorret, T. Nodenot et M. Toribio Fontenla
présentent une plateforme ainsi que des modèles pour la scénarisation coopérative, et L. Sauvé, G. Pellerin,
V.Tanguay et G. Desjardins présentent la plateforme SAMI-PRO destinée aux élèves du secondaire. Enfin, dans
la rubrique Discussion et Débats, M.Demory et S.Girel discutent de la démocratisation limitée des technologies
numériques. P. J. Y. Gagnon relate des disparités dans la formation en ligne destinée aux juristes canadiens.
B. Stassin propose un état des lieux du cyberharcèlement à l’école, et F. Henri demande de quelle manière
l’ingénierie pédagogique devrait répondre aux changements induits par le numérique.
Liste de références
McLuhan, M. (1968). Pour comprendre les media : Les prolongements technologiques de l’homme. Montréal : Hurtubise
HMH.
Plante, P., & Stockless, A. (Éds). (2019). Actes du Colloque CIRTA 2018 : Présent et futur de l’enseignement et de
l’apprentissage numérique. Québec, (Québec) : CIRTA, Université TÉLUQ. Repéré à https://r-libre.teluq.ca/1720/
Stockless, A. (Éd.). (2018). Le numérique en éducation : Apprendre en ouvrant les murs de la classe (Médiations et
médiatisations : Revue internationale sur le numérique en éducation et communication, Vol. 1). Québec,
(Québec) : Université TÉLUQ. Repéré à https://revue-
mediations.teluq.ca/index.php/Distances/issue/view/7/Vol%201%2C%20No%201
111
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
en amont le cours : travail en ligne de la compréhension et de la production écrite par le biais d'un ensemble
de supports écrits ou audio-visuels. Les séances en présentiel étaient des séances de guidage, d’ancrage
des acquis, de mise au point pour une meilleure maîtrise du scénario pédagogique et des objectifs fixés.
L’expérience a eu un grand succès auprès des étudiants non seulement de la filière SVTU mais aussi
physique-chimie et sciences mathématiques. Les étudiants de ces filières ont commencé à assister aux
cours en présentiel pour pouvoir suivre cet enseignement en ligne. Néanmoins dans ce contexte de la
massification et pour les raisons précitées, nous n’avons pas pu mesurer l’évolution des acquis
d’apprentissage des étudiants. Ainsi loin de toute perspective positiviste, le retour sur cette expérience n’a
pas pour objectif de démontrer l’efficacité du produit développé, mais plutôt de comprendre et d’analyser
la dynamique entre l’objet développé et la perception des acteurs (enseignant et apprenants) à travers les
expériences d’usage.
Réflexions
L’analyse et l’évaluation de cette expérimentation a fait ressortir plusieurs questions importantes qui
méritent d’être étudiées pour améliorer la qualité de cet enseignement en ligne.
Première réflexion
Notre première réflexion porte sur la fascination technologique. En effet les pratiques pédagogiques dans
l’enseignement en ligne sont souvent modelées par des présupposés liés au rôle du numérique comme le
schématise la figure suivante :
Figure 1. Des présupposés liés à la fascination technologique
Au début de notre première expérience, les Technologies de l’Information et de la Communication pour
l’enseignement (TICE) étaient pour les collègues et nous-mêmes objet de toutes les promesses! Avec
beaucoup d’enthousiasme et de motivation, ces cours ont été mis en ligne. La convivialité de l’interface,
Lafascination
technologique
Letechnologique
modernise
l’enseignement
Plateforme
riche=
formation
efficace
LesTICe
stimulent
l'auto-
apprentissage
Touteformede
technologieest
uneformede
progrès
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
Impactsdunumériquesur
latransformationdel'enseignement
etdel'apprentissage
Patrick Plante, Université TÉLUQ,
patrick.plante@teluq.ca
Il y a maintenant plus de cinquante ans, Marshall McLuhan (1968) déclarait que nous façonnons des outils qui,
à leur tour, nous façonnent. Dans le contexte éducatif, il existe aujourd’hui une multitude d’outils technologiques
qui ont des impacts certains. La vitesse et la richesse des technologies émergentes rendent bien compte de la
créativité déployée afin de contribuer à l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage. Ces dernières
années, l’offre technologique s’est largement diversifiée avec notamment les MOOC, la robotique et la
programmation, les jeux sérieux, les données massives, l’intelligence artificielle et l’Internet des objets.
Quelles implications et quelles préoccupations la variété des outils techniques engendre-t-elle sur les plans
pédagogique, éthique, technologique, psychologique, légal, esthétique, économique ou politique? Dans quelle
mesure de nouvelles perspectives sont-elles ainsi offertes aux institutions éducatives, aux enseignants, aux
élèves?
Ces questions ont été l’objet de plus de 70 présentations lors du Colloque annuel CIRTA 2018 (Plante &
Stockless, 2019). Suivant l’expérience de l’édition 2017 du Colloque (Stockless, 2018), nous avons lancé un
numéro spécial de la revue médiations et médiatisations afin de permettre d’approfondir les réflexions dans des
articles. Un numéro de 15 articles vous est donc proposé. À l’image du Colloque qui est destinée aux chercheurs,
mais aussi aux praticiens et aux professionnels, ce numéro contient des articles aux formats variés. Tout d’abord,
dans la rubrique Articles de recherche, P. Plante, G. A. Angulo Mendoza et P. Archambault présentent l’analyse
et le développement d’une formation destinée au milieu médical. G. Gilson propose un texte sur la littératie
vidéoludique en contexte scolaire. A. Khelfi, S. Zarrouk-Ben Abid et L. Kadi-Ksouri présentent une approche de
formation hybride dans le contexte de l’apprentissage d’une langue. S. Parent, dans le cadre de la rubrique
Synthèses de travaux universitaires présente un portrait de la résolution collaborative de problèmes. Dans la
rubrique Articles de praticiens, C. Laduron et I. Sacré présentent l’environnement personnel d'apprentissage
BEE. C. Seguin et M.Courcelles présentent les conclusions d’une formation à distance sur la communication
scientifique par affiche. A. Beggar propose des pistes pour la réussite d’un cours en ligne. L.Chartofylaka, A.
Stockless, M. Fraser, V. Psyché et T. Forissier présentent les perspectives d'un projet de recherche contextuelle
sur le partage d’informations en contexte asynchrone. H. Ben Rebah et R. Ben Slama discutent de l’efficacité
des jeux sérieux. P. Etcheverry, C. Marquesuzaà, P. Lopistéguy, P. Dagorret, T. Nodenot et M. Toribio Fontenla
présentent une plateforme ainsi que des modèles pour la scénarisation coopérative, et L. Sauvé, G. Pellerin,
V.Tanguay et G. Desjardins présentent la plateforme SAMI-PRO destinée aux élèves du secondaire. Enfin, dans
la rubrique Discussion et Débats, M.Demory et S.Girel discutent de la démocratisation limitée des technologies
numériques. P. J. Y. Gagnon relate des disparités dans la formation en ligne destinée aux juristes canadiens.
B. Stassin propose un état des lieux du cyberharcèlement à l’école, et F. Henri demande de quelle manière
l’ingénierie pédagogique devrait répondre aux changements induits par le numérique.
Liste de références
McLuhan, M. (1968). Pour comprendre les media : Les prolongements technologiques de l’homme. Montréal : Hurtubise
HMH.
Plante, P., & Stockless, A. (Éds). (2019). Actes du Colloque CIRTA 2018 : Présent et futur de l’enseignement et de
l’apprentissage numérique. Québec, (Québec) : CIRTA, Université TÉLUQ. Repéré à https://r-libre.teluq.ca/1720/
Stockless, A. (Éd.). (2018). Le numérique en éducation : Apprendre en ouvrant les murs de la classe (Médiations et
médiatisations : Revue internationale sur le numérique en éducation et communication, Vol. 1). Québec,
(Québec) : Université TÉLUQ. Repéré à https://revue-
mediations.teluq.ca/index.php/Distances/issue/view/7/Vol%201%2C%20No%201
112
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
6
l’allègement et la miniaturisation des matériaux, la relative pérennité de l’information, l’interopérabilité des
données entre la plateforme de l’université et d’autres applications en ligne étaient tous des aspects qui
nous semblaient stimuler l’auto-apprentissage et gommer les traditionnelles barrières liées à
l’enseignement formel. Un présupposé évident gérait la démarche du travail : plus la plateforme serait
riche, plus la formation serait efficace. Autrement dit, pour permettre à nos étudiants adultes, donc majeurs
et responsables, de dépasser leurs lacunes, nous pensions qu’il suffisait de mettre en ligne tout ce dont
avaient besoin.
Cette fascination technologique avait aussi un effet sur les étudiants : surfeurs actifs et chevronnés sur le
Net, au début ils étaient très motivés par cette nouvelle forme des cours. Mais au fil du semestre, nous
avions remarqué que leur enthousiasme déclinait car ils avaient vite constaté que les cours en ligne
nécessitaient un grand investissement qui n’avait rien à avoir avec les chats et les conversations sur les
réseaux sociaux.
Deuxième réflexion
Notre deuxième réflexion s’inscrit dans la continuité de la précédente et porte sur la question de
l’autonomie. Souvent nous présupposons que les étudiants habitués à surfer en ligne sont des étudiants
autonomes. L’addiction des jeunes aux technologies numériques peut induire en erreur : ‘génération
numérique’, ‘génération y’, génération digitale’… sont toutes des qualifications qui laissent croire que
l’autonomie d’apprentissage est presque innée’ ou acquise d’une façon quasiment naturelle chez nos
apprenants. Partir de ce présupposé dans la conception et la mise en place des dispositifs en ligne
écarterait plusieurs paramètres déterminants pour la réussite d’un autoapprentissage.
Porcher pense que « l’autonomie est toujours quelque chose vers quoi l’on va, que l’on construit, que l’on
ne possède jamais totalement » (1981/1989, p. 61). Il s’agit donc d’un apprentissage progressif, d’une
marche, d’un cheminement qu’on trace vers l’autonomie. Il est question de guider et de baliser un parcours
l’autonomie est programmée comme une fin, comme une compétence à faire développer. Ainsi il ne
faut pas partir d’un présupposé d’autonomie mais plutôt en supposer un déficit pour gérer autrement les
pratiques pédagogiques programmées à distance.
Nous avons donc choisi quelques entrées pour développer l’autonomie de nos étudiants, et la motivation
constituait un facteur principal. Nous sommes ainsi parties du principe que pour favoriser une dynamique
motivationnelle, il faudrait concevoir avec les étudiants un programme centré sur leurs intérêts et leurs
besoins. Le premier pas était, donc, de les impliquer dans l’élaboration des objectifs du dispositif hybride.
Ainsi, nous avons diffusé un questionnaire pour délimiter leurs attentes et en fonction de leurs réponses
nous avons fixé les objectifs du contenu : lexique scientifique relatif aux disciplines enseignées, étude et
analyse des consignes des examens, et rédaction d’un résumé d’un cours. Ces objectifs étaient surtout
reliés aux difficultés qu’ils rencontraient pour saisir les cours des spécialités ou pour répondre aux
questions des examens. Avant le lancement de la formation, notre intention était de conduire les débats
vers l’élaboration d’un contrat pédagogique. Il s’agissait d’un contrat moral l’apprenant était
responsabilisé à pratiquer l’auto-apprentissage en dehors du cadre de la classe.
L’auto-apprentissage pour nous est loin d’être synonyme de liberté totale. Bien au contraire, nous pensons
que pour installer une autonomie dans l’apprentissage en ligne et pour maintenir la motivation, il faudrait
introduire la notion de ‘contrainte’ dans la conception du déroulement de la formation. La contrainte, dans
ce cadre, n’est pas un équivalent de pression mais une expression de volonté partagée, objet de
consensus entre apprenants et enseignant à réaliser un ensemble d’actions pour atteindre un objectif
précis. Dans la mise en place du dispositif, ce contrat pédagogique a été régi par un ‘carnet de bord’ qui
permet à l’étudiant de mesurer sa progression. Les rubriques prédéfinies du carnet de bord contribuent à
une réflexion sur les pratiques, les difficultés rencontrées, les techniques utilisées et surtout le temps
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
Impactsdunumériquesur
latransformationdel'enseignement
etdel'apprentissage
Patrick Plante, Université TÉLUQ,
patrick.plante@teluq.ca
Il y a maintenant plus de cinquante ans, Marshall McLuhan (1968) déclarait que nous façonnons des outils qui,
à leur tour, nous façonnent. Dans le contexte éducatif, il existe aujourd’hui une multitude d’outils technologiques
qui ont des impacts certains. La vitesse et la richesse des technologies émergentes rendent bien compte de la
créativité déployée afin de contribuer à l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage. Ces dernières
années, l’offre technologique s’est largement diversifiée avec notamment les MOOC, la robotique et la
programmation, les jeux sérieux, les données massives, l’intelligence artificielle et l’Internet des objets.
Quelles implications et quelles préoccupations la variété des outils techniques engendre-t-elle sur les plans
pédagogique, éthique, technologique, psychologique, légal, esthétique, économique ou politique? Dans quelle
mesure de nouvelles perspectives sont-elles ainsi offertes aux institutions éducatives, aux enseignants, aux
élèves?
Ces questions ont été l’objet de plus de 70 présentations lors du Colloque annuel CIRTA 2018 (Plante &
Stockless, 2019). Suivant l’expérience de l’édition 2017 du Colloque (Stockless, 2018), nous avons lancé un
numéro spécial de la revue médiations et médiatisations afin de permettre d’approfondir les réflexions dans des
articles. Un numéro de 15 articles vous est donc proposé. À l’image du Colloque qui est destinée aux chercheurs,
mais aussi aux praticiens et aux professionnels, ce numéro contient des articles aux formats variés. Tout d’abord,
dans la rubrique Articles de recherche, P. Plante, G. A. Angulo Mendoza et P. Archambault présentent l’analyse
et le développement d’une formation destinée au milieu médical. G. Gilson propose un texte sur la littératie
vidéoludique en contexte scolaire. A. Khelfi, S. Zarrouk-Ben Abid et L. Kadi-Ksouri présentent une approche de
formation hybride dans le contexte de l’apprentissage d’une langue. S. Parent, dans le cadre de la rubrique
Synthèses de travaux universitaires présente un portrait de la résolution collaborative de problèmes. Dans la
rubrique Articles de praticiens, C. Laduron et I. Sacré présentent l’environnement personnel d'apprentissage
BEE. C. Seguin et M.Courcelles présentent les conclusions d’une formation à distance sur la communication
scientifique par affiche. A. Beggar propose des pistes pour la réussite d’un cours en ligne. L.Chartofylaka, A.
Stockless, M. Fraser, V. Psyché et T. Forissier présentent les perspectives d'un projet de recherche contextuelle
sur le partage d’informations en contexte asynchrone. H. Ben Rebah et R. Ben Slama discutent de l’efficacité
des jeux sérieux. P. Etcheverry, C. Marquesuzaà, P. Lopistéguy, P. Dagorret, T. Nodenot et M. Toribio Fontenla
présentent une plateforme ainsi que des modèles pour la scénarisation coopérative, et L. Sauvé, G. Pellerin,
V.Tanguay et G. Desjardins présentent la plateforme SAMI-PRO destinée aux élèves du secondaire. Enfin, dans
la rubrique Discussion et Débats, M.Demory et S.Girel discutent de la démocratisation limitée des technologies
numériques. P. J. Y. Gagnon relate des disparités dans la formation en ligne destinée aux juristes canadiens.
B. Stassin propose un état des lieux du cyberharcèlement à l’école, et F. Henri demande de quelle manière
l’ingénierie pédagogique devrait répondre aux changements induits par le numérique.
Liste de références
McLuhan, M. (1968). Pour comprendre les media : Les prolongements technologiques de l’homme. Montréal : Hurtubise
HMH.
Plante, P., & Stockless, A. (Éds). (2019). Actes du Colloque CIRTA 2018 : Présent et futur de l’enseignement et de
l’apprentissage numérique. Québec, (Québec) : CIRTA, Université TÉLUQ. Repéré à https://r-libre.teluq.ca/1720/
Stockless, A. (Éd.). (2018). Le numérique en éducation : Apprendre en ouvrant les murs de la classe (Médiations et
médiatisations : Revue internationale sur le numérique en éducation et communication, Vol. 1). Québec,
(Québec) : Université TÉLUQ. Repéré à https://revue-
mediations.teluq.ca/index.php/Distances/issue/view/7/Vol%201%2C%20No%201
113
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
7
consacré à l’auto-apprentissage. De ce fait, cet outil ne permet pas seulement une autonomisation dans
l’apprentissage, mais aussi une conscientisation de l’intérêt d’un travail intensif à distance. Il s’agit d’une
modalité programmée pour permettre le déconditionnement de nos apprenants habitués aux méthodes
transmissives et dépendants du professeur et du cours en présentiel.
Au-delà de l’autonomie d’apprentissage et de l’engagement de l’étudiant dans le processus
d’apprentissage, un autre facteur est à prendre en considération pour réussir son cours en ligne : il s’agit
de la scénarisation.
Des innovations qui imposent une nouvelle pédagogie
Les cours en ligne nécessitent de nouvelles approches pédagogiques, différentes de celles qu’on applique
en présentiel, car l’environnement d’apprentissage n’est plus le même. Une formation à distance se définit
par opposition à la formation en présentiel, par la rupture de l’unité du temps et de l’espace et surtout par
l’absence physique de l’enseignant (Peraya, 2011).
En présentiel, la présence physique de l’enseignant joue un rôle très important dans l’interaction. Depuis
la maïeutique classique, plus précisément chez Socrate, l’enseignant est « un accoucheur » : le principe
étant de ne pas énoncer soi-même la vérité mais permettre aux autres de la découvrir, c’est dans
l’interaction et le questionnement que naît la connaissance. Le professeur est pour guider, orienter,
redresser les situations d’apprentissage et remettre les esprits sur la bonne voie de la connaissance. Mais,
à distance, devant l’éclatement de l’unité de temps, de l’espace et de l’action, quelle maïeutique peut-on
alors adopter pour apprendre à apprendre?
Mettre un cours magistral en ligne ou des documents en format PDF sur la plateforme ne relève pas de
l’innovation pédagogique; il s’agit d’un retour vers les méthodes transmissives (appelées méthodes
jésuites) le premier souci de l’enseignant est de s’assurer que le discours est clairement transmis. Le
véhicule technologique dans ce cas ne révolutionne pas l’apprentissage et n’implique pas une refonte des
ressources, pas plus que « le camion qui amène les victuailles au supermarché n’améliore la nutrition
d’une communauté » (Clark, 1983, p.101). Autrement dit, les étudiants peuvent surfer constamment sur
ces contenus sans jamais les transformer en connaissances personnelles car sur le plan cognitif, le travail
se limite à de la consultation.
Idéalement, la recherche dans le domaine de l’innovation pédagogique devrait s’appuyer sur le
développement des théories pédagogiques pour construire un nouveau terrain d’apprentissage :
le behaviorisme (modeler le comportement de l’apprenant à travers des situations où il est mis face à
des stimulus),
le cognitivisme et la méta-cognition (rendre l’apprenant conscient de la façon dont il construit ses
connaissances),
le constructuvisme (où la force de l’enseignant est de travailler sur l’erreur et de guider son apprenant
sans aplanir les difficultés),
le socio-constructivisme (où l’apprentissage est basé sur des situations d’échange et d’interaction).
Le développement de la pédagogie en ligne ne devrait pas écarter ces théories mais plutôt en tirer parti
en les conjuguant au développement des outils technologiques pour améliorer la qualité de
l’apprentissage. Le développement des plateformes, la mise à disposition de multiples outils pour
l’expression et la communication nécessitent une appréhension plus profonde du rapport circulaire et
systémique qu’elles génèrent entre pédagogie et technologie.
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
Impactsdunumériquesur
latransformationdel'enseignement
etdel'apprentissage
Patrick Plante, Université TÉLUQ,
patrick.plante@teluq.ca
Il y a maintenant plus de cinquante ans, Marshall McLuhan (1968) déclarait que nous façonnons des outils qui,
à leur tour, nous façonnent. Dans le contexte éducatif, il existe aujourd’hui une multitude d’outils technologiques
qui ont des impacts certains. La vitesse et la richesse des technologies émergentes rendent bien compte de la
créativité déployée afin de contribuer à l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage. Ces dernières
années, l’offre technologique s’est largement diversifiée avec notamment les MOOC, la robotique et la
programmation, les jeux sérieux, les données massives, l’intelligence artificielle et l’Internet des objets.
Quelles implications et quelles préoccupations la variété des outils techniques engendre-t-elle sur les plans
pédagogique, éthique, technologique, psychologique, légal, esthétique, économique ou politique? Dans quelle
mesure de nouvelles perspectives sont-elles ainsi offertes aux institutions éducatives, aux enseignants, aux
élèves?
Ces questions ont été l’objet de plus de 70 présentations lors du Colloque annuel CIRTA 2018 (Plante &
Stockless, 2019). Suivant l’expérience de l’édition 2017 du Colloque (Stockless, 2018), nous avons lancé un
numéro spécial de la revue médiations et médiatisations afin de permettre d’approfondir les réflexions dans des
articles. Un numéro de 15 articles vous est donc proposé. À l’image du Colloque qui est destinée aux chercheurs,
mais aussi aux praticiens et aux professionnels, ce numéro contient des articles aux formats variés. Tout d’abord,
dans la rubrique Articles de recherche, P. Plante, G. A. Angulo Mendoza et P. Archambault présentent l’analyse
et le développement d’une formation destinée au milieu médical. G. Gilson propose un texte sur la littératie
vidéoludique en contexte scolaire. A. Khelfi, S. Zarrouk-Ben Abid et L. Kadi-Ksouri présentent une approche de
formation hybride dans le contexte de l’apprentissage d’une langue. S. Parent, dans le cadre de la rubrique
Synthèses de travaux universitaires présente un portrait de la résolution collaborative de problèmes. Dans la
rubrique Articles de praticiens, C. Laduron et I. Sacré présentent l’environnement personnel d'apprentissage
BEE. C. Seguin et M.Courcelles présentent les conclusions d’une formation à distance sur la communication
scientifique par affiche. A. Beggar propose des pistes pour la réussite d’un cours en ligne. L.Chartofylaka, A.
Stockless, M. Fraser, V. Psyché et T. Forissier présentent les perspectives d'un projet de recherche contextuelle
sur le partage d’informations en contexte asynchrone. H. Ben Rebah et R. Ben Slama discutent de l’efficacité
des jeux sérieux. P. Etcheverry, C. Marquesuzaà, P. Lopistéguy, P. Dagorret, T. Nodenot et M. Toribio Fontenla
présentent une plateforme ainsi que des modèles pour la scénarisation coopérative, et L. Sauvé, G. Pellerin,
V.Tanguay et G. Desjardins présentent la plateforme SAMI-PRO destinée aux élèves du secondaire. Enfin, dans
la rubrique Discussion et Débats, M.Demory et S.Girel discutent de la démocratisation limitée des technologies
numériques. P. J. Y. Gagnon relate des disparités dans la formation en ligne destinée aux juristes canadiens.
B. Stassin propose un état des lieux du cyberharcèlement à l’école, et F. Henri demande de quelle manière
l’ingénierie pédagogique devrait répondre aux changements induits par le numérique.
Liste de références
McLuhan, M. (1968). Pour comprendre les media : Les prolongements technologiques de l’homme. Montréal : Hurtubise
HMH.
Plante, P., & Stockless, A. (Éds). (2019). Actes du Colloque CIRTA 2018 : Présent et futur de l’enseignement et de
l’apprentissage numérique. Québec, (Québec) : CIRTA, Université TÉLUQ. Repéré à https://r-libre.teluq.ca/1720/
Stockless, A. (Éd.). (2018). Le numérique en éducation : Apprendre en ouvrant les murs de la classe (Médiations et
médiatisations : Revue internationale sur le numérique en éducation et communication, Vol. 1). Québec,
(Québec) : Université TÉLUQ. Repéré à https://revue-
mediations.teluq.ca/index.php/Distances/issue/view/7/Vol%201%2C%20No%201
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
8
Conditions pour redéfinir la présence à distance
Mettre un cours en ligne consiste à accompagner l’étudiant là où il se trouve. La plateforme est un espace
où se rencontrent les outils techniques et les méthodes de formation pour devenir un moyen de
construction de connaissances et de compétences. Cette construction devrait passer par des pédagogies
actives, incitatives et interactives il faut prévoir un rapport circulaire entre les outils technologiques et
les objectifs pédagogiques, auxquels s’ajoutent les modalités d’évaluation et les compétences à acquérir.
Il s’agit d’un mécanisme qui ne fonctionne que si tous les éléments constituants sont bien articulés, comme
l’illustre la figure 2.
Figure 2. Le rapport systémique entre outils, stratégies et autonomie d’apprentissage
La première condition pour réaliser cette construction est la détermination des objectifs du projet
pédagogique. Cette détermination touche l’intentionnalité qui inscrit les démarches d’apprentissage dans
« une intention développementale. » (Tardif, 1994, p.5) Déterminer les objectifs pédagogiques d’un projet
et l’intention de l’apprentissage en ligne, c’est inscrire la recherche de l’information dans une perspective
constructiviste, dans la mesure l’étudiant cible un champ de travail bien précis (Rabardel, 1995).
Prenons à titre d’exemple un projet pédagogique sur l’argumentation avec un groupe d’étudiants de
niveaux hétérogènes. Le professeur peut programmer pour tout le groupe une séquence commune
« maîtriser les types d’arguments » mais il peut prévoir différentes activités selon des intentions qui
correspondent aux besoins spécifiques de chaque étudiant : certains vont exprimer un jugement favorable
ou défavorable, commenter un avis ou justifier de façon fine et détaillée; d’autres vont développer
méthodiquement une argumentation en mettant en relief les points pertinents et structurer des propos pour
convaincre. Le travail à distance permettrait à chaque étudiant de réaliser une tâche selon son projet
d’apprentissage personnalisé.
La deuxième condition est reliée aux méthodes d’apprentissage et plus précisément à la scénarisation des
cours. La construction d’un cours passe par des phases et des étapes qui doivent s’inscrire dans une
logique de progression et d’interactivité. Nous proposons ici des phases
1
qui nous semblent nécessaires
pour permettre à l’étudiant d’acquérir progressivement l’information en question, surtout si elles sont
conjuguées aux théories de l’apprentissage citées plus haut.
1
Ces phases ont été élaborées en collaboration avec les professeurs de l’Institut des Langues Vivantes de Liège dans le cadre d’un échange
d’expérimentations.
Autonmie
d'apprentissage
Outils
technologiques
Stratégies
d'apprentis-
sage:objectifs,
évaluations,
compétences
114
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
Impactsdunumériquesur
latransformationdel'enseignement
etdel'apprentissage
Patrick Plante, Université TÉLUQ,
patrick.plante@teluq.ca
Il y a maintenant plus de cinquante ans, Marshall McLuhan (1968) déclarait que nous façonnons des outils qui,
à leur tour, nous façonnent. Dans le contexte éducatif, il existe aujourd’hui une multitude d’outils technologiques
qui ont des impacts certains. La vitesse et la richesse des technologies émergentes rendent bien compte de la
créativité déployée afin de contribuer à l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage. Ces dernières
années, l’offre technologique s’est largement diversifiée avec notamment les MOOC, la robotique et la
programmation, les jeux sérieux, les données massives, l’intelligence artificielle et l’Internet des objets.
Quelles implications et quelles préoccupations la variété des outils techniques engendre-t-elle sur les plans
pédagogique, éthique, technologique, psychologique, légal, esthétique, économique ou politique? Dans quelle
mesure de nouvelles perspectives sont-elles ainsi offertes aux institutions éducatives, aux enseignants, aux
élèves?
Ces questions ont été l’objet de plus de 70 présentations lors du Colloque annuel CIRTA 2018 (Plante &
Stockless, 2019). Suivant l’expérience de l’édition 2017 du Colloque (Stockless, 2018), nous avons lancé un
numéro spécial de la revue médiations et médiatisations afin de permettre d’approfondir les réflexions dans des
articles. Un numéro de 15 articles vous est donc proposé. À l’image du Colloque qui est destinée aux chercheurs,
mais aussi aux praticiens et aux professionnels, ce numéro contient des articles aux formats variés. Tout d’abord,
dans la rubrique Articles de recherche, P. Plante, G. A. Angulo Mendoza et P. Archambault présentent l’analyse
et le développement d’une formation destinée au milieu médical. G. Gilson propose un texte sur la littératie
vidéoludique en contexte scolaire. A. Khelfi, S. Zarrouk-Ben Abid et L. Kadi-Ksouri présentent une approche de
formation hybride dans le contexte de l’apprentissage d’une langue. S. Parent, dans le cadre de la rubrique
Synthèses de travaux universitaires présente un portrait de la résolution collaborative de problèmes. Dans la
rubrique Articles de praticiens, C. Laduron et I. Sacré présentent l’environnement personnel d'apprentissage
BEE. C. Seguin et M.Courcelles présentent les conclusions d’une formation à distance sur la communication
scientifique par affiche. A. Beggar propose des pistes pour la réussite d’un cours en ligne. L.Chartofylaka, A.
Stockless, M. Fraser, V. Psyché et T. Forissier présentent les perspectives d'un projet de recherche contextuelle
sur le partage d’informations en contexte asynchrone. H. Ben Rebah et R. Ben Slama discutent de l’efficacité
des jeux sérieux. P. Etcheverry, C. Marquesuzaà, P. Lopistéguy, P. Dagorret, T. Nodenot et M. Toribio Fontenla
présentent une plateforme ainsi que des modèles pour la scénarisation coopérative, et L. Sauvé, G. Pellerin,
V.Tanguay et G. Desjardins présentent la plateforme SAMI-PRO destinée aux élèves du secondaire. Enfin, dans
la rubrique Discussion et Débats, M.Demory et S.Girel discutent de la démocratisation limitée des technologies
numériques. P. J. Y. Gagnon relate des disparités dans la formation en ligne destinée aux juristes canadiens.
B. Stassin propose un état des lieux du cyberharcèlement à l’école, et F. Henri demande de quelle manière
l’ingénierie pédagogique devrait répondre aux changements induits par le numérique.
Liste de références
McLuhan, M. (1968). Pour comprendre les media : Les prolongements technologiques de l’homme. Montréal : Hurtubise
HMH.
Plante, P., & Stockless, A. (Éds). (2019). Actes du Colloque CIRTA 2018 : Présent et futur de l’enseignement et de
l’apprentissage numérique. Québec, (Québec) : CIRTA, Université TÉLUQ. Repéré à https://r-libre.teluq.ca/1720/
Stockless, A. (Éd.). (2018). Le numérique en éducation : Apprendre en ouvrant les murs de la classe (Médiations et
médiatisations : Revue internationale sur le numérique en éducation et communication, Vol. 1). Québec,
(Québec) : Université TÉLUQ. Repéré à https://revue-
mediations.teluq.ca/index.php/Distances/issue/view/7/Vol%201%2C%20No%201
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
9
Phase de sensibilisation : dans cette phase, l’enseignant introduit le thème général de son cours
pour intéresser et motiver ses apprenants. On pourrait par exemple programmer une activité à réaliser
pour éveiller leur curiosité (les approches béhavioristes peuvent être de mise).
Phase d’exposition : dans cette phase, l’apprenant va être mis en contact avec le thème à exploiter
pour atteindre les objectifs du cours (approches cognitivistes).
Phase d’appropriation : c’est la phase de systématisation où des exercices de réflexions et
d’application sont mis en œuvre pour permettre une bonne appropriation des connaissances.
Phase d’assimilation : dans cette quatrième phase, l’apprenant doit pouvoir commencer à utiliser
ses nouvelles connaissances tout en restant dans un cadre bien précis. C’est la phase de transition et
de production.
Phase de production : dans cette phase, l’enseignant proposera à l’apprenant de se lancer dans des
constructions plus libres, seul ou en collaboration avec ses camarades en ligne à travers les
plateformes collaboratives (approches socioconstructivistes). Il pourra ainsi mettre à profit ses
nouvelles connaissances et mesurer les effets positifs de son apprentissage.
A ces phases, on pourrait ajouter une phase d’auto-évaluation où le but n’est pas de cibler les erreurs de
l’apprenant, mais de lui permettre de prendre conscience de ses progrès et éventuellement des
opportunités qu’il a de s’améliorer. En fonction des objectifs du dispositif, certaines phases et certaines
approches peuvent être plus développées que d’autres et leur réalisation devrait être essentiellement
basée sur l’utilisation d’outils technologiques porteurs de potentiels. Autrement dit, il s’agit de choisir l’outil
adéquat pour créer un contenu interactif.
Ceci nous permet d’aborder un troisième facteur relié à la conceptualisation des cours en ligne, il s’agit de
« la littératie numérique ». Cette notion est fréquemment employée ces dernières années pour désigner la
compétence de la maîtrise de l’utilisation de l’outil technologique. Une construction d’un cours en ligne
exige que le professeur entre en interaction avec un ensemble diversifié d’outils technologiques pour
pouvoir les déployer facilement dans des dispositifs d’apprentissage. Ainsi encourager l’innovation, c’est
avant tout mettre à la disposition des enseignants de nouveaux outils et organiser des formations pour
qu’ils puissent s’y familiariser. Sans leur disponibilité et leur maîtrise d’emploi, une intégration réussie des
TICE ne serait possible. Souvent les enseignants qui refusent d’intégrer les TICE dans leurs cours trouvent
qu’ils n’ont pas les compétences nécessaires et que la réalisation de ces cours est une activité
chronophage. Le rôle de l’institution pour promouvoir l’innovation n’est pas d’investir uniquement dans
l’achat du matériel mais de participer à la promotion de la pédagogie à travers la technologie. Ceci nous
semble un préalable nécessaire pour cadrer les effets de la technologie sur la qualité de l’apprentissage,
car ce rapport interactif entre les configurations techniques et le développement professionnel de
l’enseignant a un impact sur la réalisation de dispositifs plus fins et mieux circonstanciés.
Conclusion
L’introduction du numérique dans l’enseignement à l’université a fait entrer la question de la pédagogie
par la grande porte. Si le modèle expositif et transmissif (Viaud, 2015) continue à dominer dans
l’enseignement supérieur en présentiel, à distance le professeur se rend compte facilement que cette
approche ne permet pas d’atteindre les objectifs escomptés : de nouvelles approches s’imposent donc
pour favoriser l’apprentissage. Certains éléments peuvent leurrer ceux qui tentent leurs premières
expériences dans le domaine; par exemple la question de la fascination technologique ou de l’autonomie
peuvent constituer un principal point de blocage. D’autres éléments comme la question de la scénarisation,
115
revue-mediations.teluq.ca | No. 2, 2019
Impactsdunumériquesur
latransformationdel'enseignement
etdel'apprentissage
Patrick Plante, Université TÉLUQ,
patrick.plante@teluq.ca
Il y a maintenant plus de cinquante ans, Marshall McLuhan (1968) déclarait que nous façonnons des outils qui,
à leur tour, nous façonnent. Dans le contexte éducatif, il existe aujourd’hui une multitude d’outils technologiques
qui ont des impacts certains. La vitesse et la richesse des technologies émergentes rendent bien compte de la
créativité déployée afin de contribuer à l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage. Ces dernières
années, l’offre technologique s’est largement diversifiée avec notamment les MOOC, la robotique et la
programmation, les jeux sérieux, les données massives, l’intelligence artificielle et l’Internet des objets.
Quelles implications et quelles préoccupations la variété des outils techniques engendre-t-elle sur les plans
pédagogique, éthique, technologique, psychologique, légal, esthétique, économique ou politique? Dans quelle
mesure de nouvelles perspectives sont-elles ainsi offertes aux institutions éducatives, aux enseignants, aux
élèves?
Ces questions ont été l’objet de plus de 70 présentations lors du Colloque annuel CIRTA 2018 (Plante &
Stockless, 2019). Suivant l’expérience de l’édition 2017 du Colloque (Stockless, 2018), nous avons lancé un
numéro spécial de la revue médiations et médiatisations afin de permettre d’approfondir les réflexions dans des
articles. Un numéro de 15 articles vous est donc proposé. À l’image du Colloque qui est destinée aux chercheurs,
mais aussi aux praticiens et aux professionnels, ce numéro contient des articles aux formats variés. Tout d’abord,
dans la rubrique Articles de recherche, P. Plante, G. A. Angulo Mendoza et P. Archambault présentent l’analyse
et le développement d’une formation destinée au milieu médical. G. Gilson propose un texte sur la littératie
vidéoludique en contexte scolaire. A. Khelfi, S. Zarrouk-Ben Abid et L. Kadi-Ksouri présentent une approche de
formation hybride dans le contexte de l’apprentissage d’une langue. S. Parent, dans le cadre de la rubrique
Synthèses de travaux universitaires présente un portrait de la résolution collaborative de problèmes. Dans la
rubrique Articles de praticiens, C. Laduron et I. Sacré présentent l’environnement personnel d'apprentissage
BEE. C. Seguin et M.Courcelles présentent les conclusions d’une formation à distance sur la communication
scientifique par affiche. A. Beggar propose des pistes pour la réussite d’un cours en ligne. L.Chartofylaka, A.
Stockless, M. Fraser, V. Psyché et T. Forissier présentent les perspectives d'un projet de recherche contextuelle
sur le partage d’informations en contexte asynchrone. H. Ben Rebah et R. Ben Slama discutent de l’efficacité
des jeux sérieux. P. Etcheverry, C. Marquesuzaà, P. Lopistéguy, P. Dagorret, T. Nodenot et M. Toribio Fontenla
présentent une plateforme ainsi que des modèles pour la scénarisation coopérative, et L. Sauvé, G. Pellerin,
V.Tanguay et G. Desjardins présentent la plateforme SAMI-PRO destinée aux élèves du secondaire. Enfin, dans
la rubrique Discussion et Débats, M.Demory et S.Girel discutent de la démocratisation limitée des technologies
numériques. P. J. Y. Gagnon relate des disparités dans la formation en ligne destinée aux juristes canadiens.
B. Stassin propose un état des lieux du cyberharcèlement à l’école, et F. Henri demande de quelle manière
l’ingénierie pédagogique devrait répondre aux changements induits par le numérique.
Liste de références
McLuhan, M. (1968). Pour comprendre les media : Les prolongements technologiques de l’homme. Montréal : Hurtubise
HMH.
Plante, P., &